Asie Carnets de voyage Sri Lanka

SRI LANKA – Le Triangle Culturel (Part. 2)

On continue notre première semaine de voyage au Sri Lanka en nous dirigeant petit à petit vers le Sud de l’île, toujours dans ce qu’on appelle le « Triangle Culturel ». Le temps n’est pas toujours au beau fixe mais on ne descend jamais sous les 30° !

DAMBULLA

Nous quittons Polonnaruwa en bus local de bonne heure pour profiter de la journée. Encore une fois cela nous coûte un bras:90 Roupies par personne soit 60 cents pour 2h30 d’un trajet bien folklorique grâce à un chauffeur déglingos (un pléonasme ici).

La ville de Dambulla n’a pas grand chose pour elle: comme la majorité des villes ici, toute la vie s’articule autour d’u

ne deux-fois deux-voies, pas très charmant… Cependant, elle est très bien située car au cœur du triangle culturel !

Grâce à un tuktuk-man, on trouve une guesthouse très propre (ca sent la Javel, et c’en est presque agréable ici) et avec un personnel incroyablement serviable. Ils feront tout pour nous faciliter le séjour: nous accompagner aux arrêts de bus, vérifier la bonne destination, s’arrêter de vivre à notre moindre demande,… on la conseille vivement malgré son aspect un peu repoussant au premier abord: Aladin Hotel (2000 Rs soit 12,70€ )

Une fois installés, on part directement visiter le Temple d’Or. C’est, selon les dires, un des joyaux du Sri Lanka:nichés au milieu d’une petite montagne, on trouve plusieurs temples troglodytes, abritant des dizaines de bouddha, grands, petits, debouts, allongés, en bois, en pierre,… c’est très original et la visite est plutôt courte (1h en comptant la montée assez rude sous un soleil de plomb). On est particulièrement chanceux, car ce jour-là, la visite est gratuite. On ne saura pas pourquoi, mais comme c’est toujours mieux quand c’est gratuit, ça suffit à notre bonheur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sur le retour, on passe par le grand marché de Dambulla, le Rungis sri-lankais. Pas de quoi casser trois pattes à un canard. La seule particularité notable ? il n’y a que des hommes ! Ainsi, alors que Gwen ne remarque rien, des centaines de paires d’yeux se braquent sur « nous » à notre passage et Guillaume passe son temps à lancer des regards virils et protecteurs très peu efficaces 😉

Après avoir mangé un Rice&Curry, ultra copieux et très épicé, le temps se gatte. Il en fallait pas plus comme excuse pour passer l’aprem à ne rien faire.

SIGIRIYA

Le lendemain, on se lève aux aurores afin de prendre un bus local pour Sigiriya, toujours grâce à l’aide de nos charmants hôtes. Selon les guides, s’il n’y avait qu’une chose à faire au Sri Lanka, ce serait le rocher du lion (« Sigiriya » en cinghalais, vous suivez ?).

Perdu au milieu d’une immense plaine, un énorme cailloux de plus de 350m trône fièrement. L’histoire raconte que le fils du roi d’Anuradhapura (cf Part. 1), après avoir emmuré son père et fait expulsé son frère, prend le trône illégitimement et vint se cacher au sommet du rocher où il fit construire un temple, pour se défendre contre l’éventuel retour du frère. Patatra, le fameux frère débarque et au lieu de livrer bataille, fait le siège du rocher. N’ayant pas prévu cette stratégie (…), le roi se rend et Sigiriya est laissé en friche.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sans avoir l’ambition de prendre le trône, nous arrivons tôt sur place, et il faut l’avouer c’est impressionnant. Pour atteindre le sommet, il faut véritablement grimper, via des escaliers très pentus, accrochés à même la roche. Sujet au vertige, s’abstenir. Malheureusement, à cause des grosses chaleurs, la vue au sommet est gâchée par la brume relachée par la forêt aux alentours, mais le spectacle nous plait bien !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il faut tout de même noter, que non contents d’avoir bien sué pour y parvenir, on doit se délester de 4200Rs chacun, soit 26€ (les locaux paient, eux, 60 Rs) ce qui est gigantesque comparé au coût de la vie ici… Le touriste est vraiment la vache à lait sur ce genre de grands sites touristiques.

De retour à Dambulla, toujours en bus local, on prend le temps de manger des beignets locaux, très bons mais encore une fois trop épicés, qu’on regrettera un peu le lendemain 😉 et on part, toujours en bus, à Kandy.

KANDY

C’est la deuxième ville du pays et d’après le Routard, c’est une petite pépite. Encore une fois, on n’est pas sur la même longueur d’ondes que les rédacteurs du guide, très pratique par ailleurs.

Kandy, ce n’est pas que des bouclettes blondes courant dans un champs, c’est aussi une ville très embouteillée, bruyante et en constante effervescence. C’est vraiment dommage car elle s’articule autour d’un lac artificiel très agréable entouré d’un chemin de promenade, un peu gâché par la circulation. C’était cependant la première fois qu’on voyait de la verdure dans une ville, on en a bien profité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Arrivés à la gare routière, on se retrouve complètement pommé au milieu de dizaines et de dizaines de bus, s’occupant de remplir nos poumons d’une jolie couche noire. Radins comme pas deux, on esquive tous les tuktuk et on part pour 3km de marche avec nos gros sacs sur le dos vers la zone des guesthouses un peu au calme. Sous une chaleur de plomb et dégoulinant, on trouve la chambre qu’on espère la moins chère et surtout dans notre budget (2000 Rs, à l’Expeditor) . Sans eau chaude, toute petite, et  quasiment en sous-sol, on se sent un peu pouilleux : c’est certain, ce n’est pas ici que nous aurons fait la meilleure des réservations! Même si on y restera deux nuits, faute de mieux, cela nous servira de leçon: même si on a toutes les bonnes raisons du monde, on prendra le temps de comparer toutes les offres sur place.

Le lendemain, on file à la gare pour réserver des billets de train Kandy-Hatton car ce trajet est un incontournable, passant par les montagnes et les théiers. Malheureusement, la moité des touristes du Sri Lanka ont la même envie que nous, et les trains sont complets. Pas démoralisés, on part rendre visite à Bouddha, qui domine la ville du haut de ses 10 mètres. On est pas peu fières d’avoir fait l’ascension à pied sous la canicule, alors que tout le monde prenait le tuktuk: pour nous, voir Bouddha ça se mérite !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On enchaîne ensuite avec le fameux Temple de la Dent. Il tire son nom, fort logiquement, du fait qu’il abriterait une des dents de bouddha qu’un de ces disciples aurait secrètement réussi à extirper lors de la crémation. Le bouddhisme ne vivant pas ses grandes heures à l’époque, la dent quitta le pays cachée dans la chevelure d’une princesse. Habile ! Après un périple chaotique et contreversé, elle revint au bercail et on fit construire un temple en son honneur.

Malheureusement, impossible de la voir: elle est protegrée par pas moins de 7 coffres, refermés les uns sur les autres en mode poupée russe. Tous les 7 ans, la dent est montrée en public 2h par jour pendant 10 jours. Il y aurait alors 24h de queue. La prochaine cérémonie aura lieu en 2022: n’ayant que trois semaines au Sri Lanka, on passe à la suite (d’autant que certains affirment que le dent serait, en réalité, celle d’un buffle…)

La partie du temple qui referme LA dent est un peu décevante (cependant il y règne une ferveur religieuse presque palpable) mais le reste est très beau. Des centaines de locaux se bousculent pour déposer une fleur de lotus ou autres offrandes devant le coffre, puis prennent le temps de prier. La foi, c’est sacré et c’est véritablement impressionnant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On passera le reste de notre temps à Kandy à flâner autour du lac, à faire des petites courses au centre commercial, à visiter les marchés. Le soir du 10 janvier, Saint Guillaume, on fait les fous et on se prend des noodles et des bières, comme souvent, dans un resto vide à l’ambiance disco 😉

Notre périple dans le triangle culturel prend fin. On prend tout droit la direction de la zone montagneuse, très prometteuse avec ses randos, ses plantations de thé et surtout son Pic d’Adam !!!

2 Commentaires

  • Reply
    mevelec
    24 janvier 2016 at 18 h 41 min

    pour une premiere etape c es sympa.une bonne mise en jambe

  • Reply
    PELLETIER
    26 janvier 2016 at 10 h 49 min

    Malgré la grosse chaleur vous voyez des paysages magnifiques et vous profitez à fond de votre séjour .Bisous Lisa et mamie Yolande.

  • Laisser un commentaire