Asie Carnets de voyage Sri Lanka

SRI LANKA – PLAGES ET GLANDOUILLE

Après deux semaines passées à sillonner le pays, pour voir les points d’intérêts accessibles (i.e. pas touchés par la mousson), on prend la direction du Sud de l’île, juste pour vérifier si les plages ressemblent bien aux cartes postales…

Direction plein Sud

Dimanche, jour tranquille en perspective: Que-nenni ! Nous sommes à Ella, à 4h de bus des plages. Rien d’effrayant, sauf que nous ne sommes pas les seuls à vouloir prendre du bon temps et quand le bus arrive, déjà blindé de locaux, c’est la guerre pour y rentrer. Impossible de s’asseoir, impossible de rentrer avec son sac, impossible de trouver de la place dans la soute… On finit par rentrer, en dernier, sur le marche-pied à quelques cm de la route, tenant nos sacs comme on peut.

Premier arrêt: le conducteur maso se dit qu’on peut encore caler des gens, 5 personnes montent, on est compressé comme jamais (« Ah qu’est-ce qu’on est serré au fond de cette boite… »). La route est sinueuse, et la perspective de faire 4h comme cela, fait monter la nausée ! Pour couronner le tout, 3 des 5 personnes sont des contrôleurs qui veulent à tout prix passer à travers le bus pour vérifier nos billets !!!!!

Petit à petit, mais bien lentement pour faire durer le plaisir, le bus se vide et au bout de 2h, on a une place assise et nos gros sacs sur les genoux :-) Inutile de dire qu’on rêve de remplacer les gouttes de transpi’ par de l’eau de mer turquoise de l’océan Indien !

Matara – Polhena

Le sud est la partie la plus touristique de l’île. Certains ne viennent ici que pour profiter des plages (notamment les russes). On avait donc peur de la flambée des prix et des plages surpeuplées. On décide donc de trouver une petite plage, éloignée des complexes touristiques.

On repère la plage de Polhena. Après le long périple, un changement de bus et presque 3km à pied avec nos gros sacs, on tombe sur la plage… et quelle déception ! On est dimanche, la moitié des srilankais du pays s’y est donnée rendez-vous, et c’est couleur locale: les bus sont garés à 10m de l’eau avec le pot d’échappement en direction de la plage, les femmes se baignent habillées et tous les regards sont tournés vers les quelques touristes. Impossible pour Gwen de se baigner en maillot de bain ici.

Il nous en faut pas plus pour nous donner envie de partir et de changer de plan. Crevés, on prend un tuktuk pour faire les 10km qui nous séparent de Mirissa, la grosse station balnéaire. On craignait le pire, c’était le paradis :-)

Mirissa

A peine déposés, on passe par la plage pour vérifier que cela nous convient: sable fin, océan bien bleu, un peu de vagues, pas trop de monde, des terrasses sympas,… On retrouve la banane !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme prévu, on galère pendant une heure pour trouver un guesthouse dans nos prix et surtout avec des chambres de dispo. On se pose finalement à Suwa Arana, une grande chambre, propre avec air conditionné pour 3500Roupies pour la première nuit puis 3000Rs les suivantes (on a dû changer de chambre ensuite et perdre la clim donc on a bien sur négocié le tarif à la baisse !)

On ne perd pas de temps et on part se baigner.

Pendant trois jours, on aurait pu faire une excursion en bateau, aller voir les baleines, faire une randonnée pour des points de vue, faire du snorkelling: on a clairement préféré faire… RIEN ! et on le faisait super bien.

Le soir, tous les restos installent des tables à même le sable et remplissent des stands bancals plein de poissons frais de la pêche du jour. On s’y posera souvent, avec la fameuse Lion Beer en regardant le soleil se coucher.

Unawatuna

Pour finir le séjour, nous changeons de plage et partons pour Unawatuna. Les échos des autres voyageurs sont très bons. Patatras, on est super déçus : la plage est sale, il y a du fond dès le premier mètre dans l’eau, pas un cocotier pour faire de l’ombre et plein de russes très irrespectueux (fallait les voir parler et négocier avec les locaux…et laisser tous leurs déchets sur la plage !)

On passera quand même ce premier jour sur la plage, et profitant d’un transat et d’un parasol pour l’achat d’un coca. Il y a un peu plus de monde ici comparé à Mirissa, et, nous ferons quelques guesthouses avant de poser nos sacs ! On trouvera une petite chambre avec sdb et terrasse (cooool !) pour 3500 RS la nuit. La plage nous plait moins qu’à Mirissa mais le coté ville est un peu plus sympa : un peu plus de choix dans les restos, de petites supérettes… en bref on retrouve une petite vie de village (de vacances) et ça nous va bien finalement !

Le 2eme jour, on n’avait pas trop envie de retourner à la plage. Nous décidons donc de partir visiter la ville de Galle.

Galle

La vieille ville est entourée de remparts et a été colonisée par les portuguais, les hollandais puis les anglais. De par son passé, ce n’est donc pas une ville qui ressemble aux autres du Sri Lanka : les bâtiments sont plutôt en bon état, les rues pavées et disons… ordonnées ! N’oublions pas de mentionner que cette ville est classée au Patrimoine mondial par l’UNESCO ! La circulation est assez faible, la ville est donc très paisible et agréable bien que la chaleur ce jour-là nous ait littéralement accablé ! Le tour des remparts est très agréable et on y passe la matinée à flâner.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Wijaya Beach

En cherchant une meilleure guesthouse à Unawatuna, on tombe par hasard sur un couple d’australiens installés au SriLanka et tenant un restaurant « à la cool ». On leur fait part de notre déception quant à la plage et ils nous indiquent aussitôt leur plage preférée : Wijaya Beach.

Le lendemain matin, on s’y rend en tuktuk. On trouve une plage étroite mais protégée par une barrière de corail : l’eau est transparente, le sable blanc, la plage ombragée, tout va bien !!

Après quelques minutes de baignade, Gwen balance tout fort « Un rocher qui bouge !!!! ». Les rochers ne bougeant pas sur cette planète, on se rend compte que la plage est le repère de deux grosses tortues de mer !! On est comme des gosses à essayer de les suivre partout mais malgré leur taille imposante, elles nous sèment dès qu’elles le veulent. Gwen ira même dragouiller des locaux pour récupérer des masques et tubas gratuitement.

La journée fut donc idéale : tortues, chips et ananas en mode pique-nique ! En fin d’après-midi, en rentrant à pied en longeant l’océan (pendant 3km), on tombera par chance sur les fameux stick-fishermen, qui pèchent sur le bord de l’eau assis sur des grands bâtons plantés dans le sable (tellement bien plantés, que ces bâtons ont été une des seules « constructions » à résister au tsunami de 2004).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un seul hic : les coups de soleil monstrueux…

Jungle Beach

Pour le dernier jour avant de remonter vers l’aéroport, on s’aventure jusqu’aux jungle beaches : deux plages, un peu secrètes et difficiles d’accès (enfin c’est ce qu’on croyait avant de réaliser qu’on pouvait aussi les atteindre tout simplement par la route plutôt que par la Jungle… même les gros russes ont réussi). Nous, on a dû marcher sous le cagnard, à travers une forêt plutôt dense : on s’est même retrouvé nez à nez avec un bon gros varan qui a eu plus peur que nous heureusement. C’est beaucoup plus marrant que les escaliers depuis la route !!

Quoi qu’il en soit, l’eau était translucide et les plages vraiment agréables !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Retour vers Négombo

Il fallait que cela arrive : on quitte les plages et on retourne à Négombo près de l’aéroport pour prendre notre avion le lendemain à 7h01 (pas 7h, mais bien 7h01).

Le trajet fut aussi long et pénible que nos 3 semaines au SriLanka furent agréables et rapides : 1 bus, 2 trains, 1 tuktuk, tout ça en 6h.

Le train pour Colombo était pris d’assaut et on s’est retrouvé à passer le voyage entre deux wagons, tantôt debout, tantôt assis sur le marche pied. Mais on a quand même apprécié : ça fait aventurier ! 😉

Image5

Arrivés à Négombo on trouve facilement une gesthouse qui nous fera un prix car nous partons le lendemain matin à 4h… Direction Yangon et la Birmanie !!!

2 Commentaires

  • Reply
    Alain et flo MOSCONI
    22 février 2016 at 19 h 03 min

    On suit vos aventures du bout du monde, bravo pour le blog super bien ecrit et pour les photos qui nous font voyagee. On a hate de lire la suite….. tonton Alain et moi vous embrassons bien fort.

    • Reply
      G&G Shake The World
      24 février 2016 at 10 h 48 min

      Merci pour vos encouragements! C’est vrai qu’on est pas très assidus dans la rédaction des articles mais ca va venir petit à petit! gros bisous!

    Laisser un commentaire