Asie Carnets de voyage Chine

CHINE – Le Yunnan Sportif

Nos derniers jours au Yunnan sont les plus excitants : notre premier voyage en Stop, 2 jours de trek dans les gorges du saut du Tigre, et la ville de Lijiang !

 

Stop en Chine !

Nous avions comme défi de tenter le stop sur chacun des continents. La Chine étant notre dernière destination asiatique, il était temps.

Au départ de Shangri-La, nous rejoignons assez tôt la route qui mène vers Lijiang et commençons à tendre le pouce fièrement. Assez vite, on constate que le geste n’est pas commun dans l’empire du milieu : nous recevons plein de pouces levés en retour, beaucoup de sourires et encore plus de coucou, mais personne ne s’arrête…

On change 3 fois de spots et après une bonne heure et demi d’échec malgré une bonne circulation, on continue à y croire. C’est alors qu’un routier s’arrête et semble nous demander notre destination. Malgré notre carton la question est compréhensible : en effet, le tenancier de l’auberge, à qui nous avions demandé de l’aide, nous avait écrit en chinois : « Bonjour, pouvez-vous svp nous faire une faveur et nous emmener jusqu’à Lijiang ? », au lieu d’un simple mais plus efficace « Lijiang » … BREF!

Notre nouvel ami chauffeur accepte de nous prendre, sort de sa cabine et ouvre sa remorque pour qu’on y glisse nos gros sacs. Il en profite pour demander à Guillaume de passer le voyage à l’intérieur de la remorque ! Heureusement, son rictus malicieux nous fait comprendre qu’il plaisante. C’est tout de même le genre de blague qui te donne l’impression que ton voyage va tourner au film d’horreur, pendant l’espace de quelques secondes !

A peine mis en route, on essaie de communiquer avec nos quelques phrases de chinois. Rien à faire ! Notre poto est complétement insensible à nos tentatives. Pendant plus de 5h, nous échangerons quelques sourires, mais pas plus.

Vers midi, nous sortons de la route principale et allons déposer un gros moteur chez un garagiste. Les employés sont tout ébaubis de voir deux français dans le camion d’un chinois et nous invitent même à déjeuner. Malheureusement, notre chauffeur est un professionnel chevronné et doit reprendre la route, et même si on aurait bien cassé la croute avec nos nouveaux copains, nous sommes bien obligés de le suivre !

Cette première tentative de stop fut une réussite puisqu’il nous déposa à l’entrée de la ville, mais un peu plus d’échanges aurait été apprécié. Nous apprendrons par la suite que les gens faisant du stop en Chine n’emploient pas vraiment le pouce : il faut plutôt secouer sa main pour arrêter un véhicule et seulement ensuite lui faire comprendre qu’on veut qu’il nous emmène gratuitement à notre destination.

Un trek de haute voltige

Les Gorges du Saut du Tigre sont parmi les plus profondes de la planète : 3900m séparent le point culminant de la surface de l’eau. Elles sont aussi parmi les plus dangereuses, car la rivière qui y coule présente, à certains goulots d’étranglement, un débit vraiment phénoménal.

Un trek très populaire chez les backpackers (et boudé par le chinois qui n’aiment pas les efforts physiques) permet de contempler les gorges sur 2 ou 3 jours.

Jour 1 : la montée

Nous partons donc de Lijiang, dès poltron-minet, grâce à un bus affrété par une des auberges situées dans les gorges. Nous laissons nos gros sacs à Lijiang pour marcher plus léger. Le temps est maussade et pendant l’heure et demi de trajet, la pluie ne cesse de tomber.

9h30, Terminus tout le monde descend: nous voilà arrivés au village départ. Par magie, la pluie s’est arrêtée et le ciel s’éclaircie. On s’acquitte du droit d’entrée et on part. La perte de quelques kilos superflus en début de voyage se fait sentir, on pète le feu, et on distance rapidement les autres marcheurs.

La première journée de marche est assez éprouvante, en montée en majorité. La portion la plus redoutée se nomme « les 28 lacets », et tout le monde nous en avait parlé. Comme son nom l’indique, après déjà 2h30 de marche, le chemin s’élève brusquement pour atteindre le point le plus haut du trek via 28 virages en épingle qui font bien transpirer.

Peu avant, nous nous étions arrêté à une petite auberge pour avaler un « fried rice » en compagnie de deux autres randonneurs chinois ! QUOI des chinois qui marchent ! Rassurez-vous, ils étaient en fait Hongkongais et très sympas. On passera la majorité de nos deux jours avec eux.

Les heures de marche et les paysages s’enchaînent. Nous avions été prévenu, les points de vue sont à couper le souffle, les paysages grandioses mais sur la première partie du parcours… tout est gâché par les sites de construction d’une ligne de chemin de fer monstrueuse. Imaginez des sommets enneigés, des falaises à pic, des dénivelés impressionnants et des énormes engins de chantier, des tuyaux dans tous les sens et du matériel partout !

Forte heureusement, ça s’arrange fortement par la suite :-)

Vers 16h, nous arrivons enfin au village marquant la fin de la première journée. On nous avait promis l’enfer pendant cette première journée, on est super satisfait de l’avoir fini rapidement sans trop de souffrance.

Ici 4 ou 5 guesthouses se partagent les marcheurs. Nous ne sommes pas en haute saison, elles sont toutes vides quand nous arrivons et on choisit la plus connue : la Half-Way GH où nous prenons nos quartiers dans un dortoir sans charme, pas cher, mais avec une vue imprenable sur la falaise puisque le mur lui faisant face a été remplacé par une immense baie vitrée.

Sympa, nan?

Sympa, nan?

On s’installe sur la terrasse panoramique pour ce qui restera un de nos plus beaux apéros, en attendant nos copains de marche et notamment Hadrien et Pauline, deux français en voyage pendant 6 mois en Asie. On découvre aussi les WC les plus cools de la planète : seulement 2 murs en bois, une porte et un trou béant permettant de faire face à la montagne en faisant son affaire ! Ça donne envie d’avoir envie !

Jour 2 : la descente

Après un gros pancake en guise de petit-dej, nous repartons dès 8h. Le chemin redescend jusqu’au village d’arrivée mais celui-ci devient périlleux. Le chemin est comme accroché à la montagne, à flanc de falaise. Certains passages sont impressionnants puisque l’on marche à quelques centimètres plusieurs centaines de mètres de vide. On traverse même 2 petites cascades qui ont rendu le chemin glissant et on ne fait pas trop les fiers.

Ce deuxième jour nous réconcilie avec le coin : les paysages sont vierges de toute activité humaine et les vues imprenables. Après 1H30, nous atteignons l’auberge qui affrète les bus nous ramenant à Lijiang. D’ici, il est possible d’attendre 15h sans rien faire où de descendre tout en bas des gorges au plus près de l’eau. C’est donc reparti !

La descente est très abrupte et après 1,5 jours de marche, l’idée de remonter par ce même chemin ne nous enchante pas trop, mais pas le choix ! Nous faisons le trajet avec nos deux copains français et les deux hongkongais rencontrés la vieille. Arrivés en bas, le délire chinois dans toute sa splendeur : tous les chemins menant à la rivière ont été privatisés par les paysans du coin. Sous prétexte qu’ils débroussaillent la piste tous les 15 ans, il faut s’acquitter d’un droit d’entrée. La somme est souvent dérisoire, mais pour faire les 500 derniers mètres nous rencontrons pas moins de 4 « péages » !

N’ayant pas fait 2 jours de marche pour s’arrêter si près de but, on les paie presque tous malgré de grosses tentatives de négociations et un agacement notoire !

On réussit donc à s’approcher vraiment très près de l’eau qui à cet endroit précis atteint une vitesse ahurissante. Quelques promontoires sont « aménagés » et procurent réellement de grosses sensations ! Le coin est vraiment génial et on reste un sacré moment complètement médusé devant la force du courant !

Pour remonter, deux solutions, reprendre le chemin de l’aller gratuitement, ou prendre une échelle de la mort qui tue, vraiment flippante et tentante mais encore payante. En bon français radins, Hadrien, Pauline et nous repartons par le chemin pendant que nos deux copains de HK prennent leur courage (et leurs yuans) pour remonter via l’échelle.

De retour à l’auberge où nous mangeons un bout, nous négocions avec Tina, la femme à poigne qui gère l’endroit, pour qu’elle nous conduise au point de vue officiel. Celui-ci est payant mais compris dans le prix d’entrée du parc. Cependant, le chemin du trek ne passe par aucun point de vue officiel. On se rend compte alors qu’on paie pour que les chinois feignant aillent voir les points de vue après quelques heures de bus ! Scandale, nous aussi on veut voir !!

Les différents promontoires sont gigantesques et offrent des vues pas dégueux sur le fleuve. On y apprend que plusieurs fous furieux ont tenté de passer ces gorges en kayak ou en bateau, et un mur plutôt grand est consacré à la liste des gens qui y sont morts…

On repart bien satisfait d’avoir tout vu, et notamment le mythique tigre donnant son nom aux gorges : il paraîtrait que celui-ci réussit à passer de l’autre côté en faisant un bond monstrueux.

Lijiang ou les dérives du tourisme

Lijiang est certainement, après les grosses mégalopoles, la ville la plus connue de toute la Chine. Elle attire des millions de touristes chaque année, et pour cause : sa vieille ville est magnifique !

Encore une fois, lorsqu’on dit « vieille ville », on évoque une nouvelle-vieille ville où une large partie a été reconstruite à l’identique. Mais encore une fois, tout est fait avec goût, même si le charme d’antan a quelque peu disparu.

Le hic avec Lijiang c’est que l’industrie du tourisme est en train de tout pourrir. La majorité des petites rues, qui forment un dédale vraiment immense et complexe, sont absolument pleines de magasins de souvenirs et de restaurants. Dès 10h, les rues sont envahies de touristes comme nous, et aux heures de pointe, on y circule à la queuleuleu.

Le gouvernement ne reculant devant rien, la vieille ville est désormais payante. C’est un peu comme si on faisait payer un droit d’entrée pour pénétrer dans Saint-Malo Intramuros. En plus, le prix est de 80Yuans soit plus de 10€, et personne n’a réussi à nous expliquer si nous devions le payer tous les jours ou pas !

Il y a encore quelques semaines, il était possible de trouver des petites rues sans garde ni péage et de se faufiler dans la vieille ville en filoutant. Désormais, c’est impossible et croyez-nous on les a toutes essayées. Cependant, il n’était pas question qu’on remplisse les caisses, on a donc joué avec nos armes : pendant les 3 jours de visites nous n’avons pas payé une seule fois grâce à nos lacunes en chinois. La technique est simple : faire croire que votre hôtel, votre bus, vos amis, sont à l’autre bout de la ville, et que vous ne voulez pas visiter mais juste traverser pour gagner du temps. Les femmes au guichet refuseront dans un premier temps, et c’est là qu’il faut choisir entre deux techniques : continuez sans relâche à parler dans un anglais trop rapide pour eux jusqu’à ce qu’elle abandonne, ou les mettre mal à l’aise en s’emportant un peu ! On en est pas très fiers (quoi que…) mais cela a toujours fonctionné !!

Une fois rentrés gratuitement (ce qui rend les visites beaucoup plus agréables), il est vraiment très appréciable de se perdre littéralement au milieu des dizaines et de dizaines de petites rues typiques, et d’aller dénicher les quelques rues encore préservées des magasins avec leurs maisons aux toitures qui rebiquent et au façade et portes présentant tous les symboles de la Chine.

Il est aussi possible de prendre de la hauteur et d’admirer enchaînement des toits. Vraiment splendide.

Le parc au Nord de la ville vaut également le détour, notamment pour sa vue sur le sommet de la région : le parc du Dragon de Jade. Bon pour nous, c’est raté, il fait pas beau ce jour-là!

Nous repartons encore une fois pour Kunming, en train, juste pour un arrêt éclair avant de filer vers le sud-est du pays et la région de Guilin.


Ça peut servir :

Entrée Gorges du Saut du Tigre: 65 Y par personne

Pour s’y rendre: Réserver un bus de la Tina Guesthouse via son auberge de Lijiang: 40Y par pers à l’aller et 55Y au retour

Auberge du premier jour de marche: Half Way Guesthouse : 40Y par pers en dortoir de 10 personnes

Auberge de Lijiang: Garden Inn: 40Y par pers en dortoir de 6 personnes OU Senior Leader Youth Hostel en chbre double pour 118Y

Entrée à Lijiang (si vous n’arrivez pas à passer sans payer): 80Y

Pas de commentaires

Laisser un commentaire