Australie Carnets de voyage Océanie

AUSTRALIE – En route pour Melbourne

La vie en van est un nouveau voyage en soi ; on profite à fond de notre nouvelle liberté et on avale du bitume comme des morts de faim

 

Le long de la côte

Jour3 : Jervis Bay – Eden

Les réveils australiens sont pas des plus simples : les nuits sont fraîches et les températures dans le van peu accueillantes. On a tous les matins bien du mal à sortir de notre double épaisseur de grosses couettes et à enfiler nos vêtements en 12 secondes.

En revanche, les petit-déj remontent le moral puisqu’on a le loisir de manger enfin ce qu’on veut et on ne se prive pas : pain grillé, confitures, céréales, jus… Notre nouveau pêché mignon se nomme « Milo », l’équivalent de nos Chocapic mais en mieux ! Après 5 mois d’Oréo quasiment chaque matin, c’est comme une renaissance !

Avant de reprendre la route, on va se balader sur la plage de Jervis Bay, qui en fait est… une plage, et les plages en hiver, avec un bonnet et un manteau, présentent peu d’intérêt. On prend tout le même le temps de profiter du paysage et de son immensité : à 8h du mat’ tout est paisible, c’est vraiment agréable :-)

On ne traîne pas trop quand même, car le but de ce matin est de filer à Peebly Beach, une plage un peu isolée que squattent des kangourous sauvages (Nos premiers kangoo !!)

On l’atteint dans la matinée et nous ne sommes pas déçus. Personne à l’horizon à part une bonne quinzaine de kangourous, encore en pleine grasse mat’. Ils semblent avoir l’habitude des badauds et se laisse approché de très près. C’est finalement nous les peureux, qui souhaitons garder nos distances. On reste sur la plage une bonne heure à rien faire à part les voir se mouvoir très lentement grâce à leur queue ultra puissance, à bailler et à se rendormir tranquillos. C’est vraiment incroyable de pouvoir voir de tels animaux en liberté, sur une plage publique.

On mitraille, on étudie leur physionomie à la loupe, on essaie même de sympathiser, en vain, le kangourou n’étant pas très bavard, puis on repart sur les routes.

La route est plutôt sympa, longe souvent la côte et passe par de petits villages paisibles. On s’arrête pour piquer-niquer à Batemans Bay, comme souvent sur la plage ; la vie est belle !

Lorsque la nuit commence à tomber, on trouve un spot de camping gratuit à 700 mètres de la route, en pleine forêt, au milieu de nulle part. On y sera seuls pour la nuit. C’est souvent dans ces moment-là que le cerveau décide de se remémorer tous les films d’horreurs ou faits divers flippants que tu connais ! Heureusement, pour nous changer les idées Guillaume nous cuisine nos premiers burgers maison: Un Régal !


Ça peut servir :

Campsite : Scrubby Creek – Gratuit – Après 700m dans la forêt – Toilettes sèches, pas d’eau


Jour 4 : Eden – Philip Island

On nous avait prévenus : il est formellement déconseillé, voire interdit par certains loueurs, de rouler la nuit. En effet, le kangourou semble irrésistiblement attiré par les phares des voitures et ne peut refréner son envie de traverser à leur passage. C’est ainsi qu’on trouve le long des routes, des dizaines et des dizaines de cadavres. C’est ainsi également que les vacances prennent fin brutalement avec un véhicule complètement démoli ou pire…

On part donc au lever du soleil pour une grosse journée de route. Après seulement quelques kilomètres sur la route déserte, on aperçoit des kangourous sur le bord de la route, et brusquement deux d’entre eux estiment que c’est le moment parfait pour traverser. A 90km/h, le coup de frein, suivi du coup de volant réflexe, est brutal. On échappe de vraiment de très peu à la catastrophe. On en est quitte pour une super frayeur.

Le reste de la route se passe sans encombre, et on s’arrête assez souvent pour voir des villages, l’océan ou juste pique-niquer au bord de mer. Cette fois-ci, ce sera sur Golden Beach, près de 90miles Beach, une plage qui s’étend à perte de vue. On tentera également de visiter Raymond Island, qui abrite une colonie de koalas, mais le prix du ferry nous en dissuada.

 On arrive à Philip Island, au sud de Melbourne avant la nuit. Impossible de camper gratuitement sur l’île.


Ça peut servir :

Camping : BIG4 Philip Island – 36$ – Tout confort


Jour 5 – Philip Island

A une centaine de km au sud de Melbourne, l’île est connue pour son circuit de Moto GP et ses animaux.

Le matin sera consacré à la réserve de koalas, les premiers qu’on aperçoit en Australie. Le site est tout petit mais bien aménagé. A l’ouverture, nous sommes complétement seuls, et la plupart des koalas dorment peinards, chacun sur son arbre fétiche. Ces animaux se nourrissent exclusivement de feuilles d’eucalyptus, à l’apport énergétique très faible. Ceci explique le fait qu’ils dorment entre 18 et 20h par jour, le rêve.

L’un d’eux, dans une forme olympique, nous fait un super cadeau : il se réveille devant nous, commence à manger toutes les feuilles autour de lui, puis part faire un parcours de quelques mètres sur les arbres et sur la barrière en bois. Dis comme ça, ça parait assez peu excitant, mais c’est en réalité plutôt rare d’en voir un bouger autant, on est aux anges.

Le reste de la journée est peu prolifique : on roule en van tout autour de l’île, on cherche désespérément les phoques sur la pointe Sud-Est et surtout on squatte le wifi du MacDo.

L’heure tant attendue arrive enfin : la nuit commence à tomber et nous nous dirigeons vers la parade des pingouins ! Kézako ? Chaque soir, juste après le coucher du soleil, des centaines de pingouins, reviennent de leur pêche/chasse en pleine mer et retournent dans leur abri sous-terrain sur la plage de Philip Island. Mais ce ne sont pas n’importe quels pingouins : ce sont les plus petits du monde, à peine une trentaine de centimètres !!!

Le spectacle est vraiment original : deux gradins sont installés sur le sable, interdiction formelle de faire du bruit ou de prendre des photos pour éviter de perturber les bêtes, tout le monde attend, fébrile, les pingouins.

Tout d’un coup, on aperçoit dans l’eau des tâches noires sous la lumière de la lune. Ces micro-pingouins luttent contre les mini-vagues et sont finalement propulsés sur le sable. Ils se relèvent et commencent à remonter le sable puis les galets puis l’herbe, par petits groupes de 10 ou 15. Ils se séparent ensuite par couple pour regagner leur chez-eux. Impossible de ne pas devenir gaga devant ces petits pingouins tout mignons, qui parcourent encore sur terre des dizaines de mètres en se dandinant à une vitesse plutôt impressionnante. Le phénomène dure une bonne heure. Malgré le froid, on ne se lasse pas de suivre les différents groupes, qui parfois restent figer pendant 15 minutes à un endroit en attendant on ne sait quoi, jusqu’à ce qu’un courageux commence à avancer donnant le top départ à tous ces potes. Un moment vraiment hors du commun !

Après un tel moment de magie, on continue dans le glamour puisqu’on dormira sur le parking d’une station-essence, derrière un MacDo en compagnie d’autres routiers.


Ça peut servir :

Campsite : Première aire d’autoroute en direction de Melbourne – Gratuit – WC au MacDo

Reserve de koalas : 25$ pour deux

Parade des pingouins : 50$ pour deux – vaut le coup !


Jour 6 – Melbourne

Avant de visiter, on gare le van dans le camping le plus près du centre-ville, qui s’avèrera être le plus cher de notre séjour. On ne veut pas passer trop de temps dans les villes, on file donc au tram.

Le tramway à Melbourne, c’est une institution. La ville possède le plus de ligne au monde et il est possible d’aller en tramway absolument n’importe où. La municipalité fait tellement les choses bien, que tous les voyages dans le cœur de ville sont gratuits. On trouve même une ligne gratuite pour les touristes où circulent de vieux trams historiques, qui font tout le tour du centre, en passant par les points d’intérêts.

Le centre est finalement plutôt petit et se visite en une demi-journée sans problème. A l’image de Sydney, la ville est extrêmement agréable et l’atmosphère est inexplicablement cool.

Plusieurs rues sont plus ou moins dédiées au street art et entièrement recouvertes de graphs. Les rues piétonnes du centre sont super agréables et pleines de restaurants, terrasses et bars. On en profite pour prendre un super fish&chips et des sushis, la gastronomie n’étant pas véritablement le point fort du pays.

Il fait beau et pas trop froid, on prend plaisir à déambuler dans la ville, jusqu’au quai, en passant par Fédération Square, le grand stade, les nouveaux quartiers, les gratte-ciels… Le tour est plutôt sympa mais ne laisse pas un souvenir impérissable.

Ce qui nous marquera le plus finalement, c’est ce H&M situé dans un des plus beaux bâtiments de la ville : l’ancien bureau central de la Poste. On ne sait pas trop quoi en penser : c’est plutôt bien fait, mais c’est un peu dommage tout de même… Ça ne nous empêche pas de faire le plein d’accessoires d’hiver pas chers pour la suite en Australie et en Nouvelle-Zélande !


Ça peut servir :

Camping : BIG4 Melbourne – 51$

Camping – Centre-Ville : Demander au camping des cartes de tram

Où manger : SeaSalt – Sushis et Fish&Chips

Pas de commentaires

Laisser un commentaire