Australie Carnets de voyage Océanie

AUSTRALIE – La Great Ocean Road

La route de Melbourne à Adélaïde est mondialement connue puisqu’elle passe par la « Great Ocean Road » et mérite amplement sa place dans le haut du classement des meilleurs road-trips.

 

La véritable « Great Ocean Road »

image11

Jour7 : Melbourne – Lorne

Avant de s’attaquer au point d’orgue de la première partie de notre road-trip, on prend le temps de se préparer : machine à laver, courses pour une semaine et plein d’essence (comme presque tous les jours malheureusement).

La Great Ocean Road commence véritablement à la sortie de la petite ville de Torquay, notre premier arrêt.

On ne le savait pas mais c’est ici qu’aurait été inventé le surf ! Et dès l’entrée de la ville on comprend vite : absolument toutes les marques y ont leurs magasins, et c’est souvent le premier magasin de leur histoire : QuickSilver, RipCurl, Billabong…

La ville abrite aussi le musée du surf : un peu cher mais qui vaut le coup d’œil. On y voit quelques vidéos sympas, quelques posters relatant l’histoire du sport, des planches mythiques, des anecdotes marrantes et un Hall of Fame.

Les premiers kilomètres de route sont jolis mais sans réels points d’intérêt. On s’arrête pour déjeuner près d’une plage, Bells Beach, où les surfeurs s’en donnent à cœur joie.

Puis vers Point Addis, où il y a un phare et un point de vue sympa.

Pour la nuit, on choisi la ville de Lorne. Après avoir pris renseignement au Bureau d’informations, on se dirige vers un camping gratuit, bien enfoncé dans la forêt où l’on sera encore seuls.


Ça peut servir :

Campsite :Sharp Track Camping Area – Gratuit – Rien de chez rien


Jour 8 : Lorne – Port Campbell

Le genre de réveil qui met de bonne humeur : il a plu toute la nuit et il pluviote encore. Depuis notre lit, on aperçoit un koala tout trempé sur une branche juste au-dessus du van. Le bruit de notre préparation le dérange certainement et lorsque l’on sort pour partir, il décide de se réveiller, de descendre de son arbre, de se reposer quelques secondes et de marcher jusqu’au prochain arbre, tout ça à 2 mètres de nous ! Il parait que c’est rare qu’il descende de leur arbre: On est béni !

Le prochain arrêt est également consacré aux koalas. Près du camping de Kenett River se trouve un spot connu pour ses nombreux koalas. Un chemin s’enfonce dans une canopée d’eucalyptus derrière le camping. Il suffit alors de rouler doucement, de lever la tête, et plisser les yeux pour apercevoir plein de koalas sauvages. On en verra 7 en quelques minutes, tous endormis.

Aujourd’hui c’est THE journée, celle de tous les spots intéressants de la côte. Coup de bol, il fait super moche et il pleut…

Nous débutons par le Teddy’s Lookout, surplombant une partie de la Great Ocean Road. On ne s’attarde pas à cause de la pluie et de notre envie de découvrir l’incontournable de la région : les 12 apôtres !

A quelques mètres de la côte, s’élèvent en réalité 7 énormes morceaux de falaises. Un chemin côtier permet de les admirer sous tous les angles. Malheureusement, en plus de la pluie, nous arrivons en début d’après-midi, en même temps que tous les groupes venant de Melbourne pour la journée, et que 3 ou 4 bus de touristes chinois…

On pense avoir une bonne idée en quittant rapidement le site pour se rendre au suivant : Lord Ard Gorged, une petite plage magnifique, en bas de la falaise et qui aurait été le lieu du naufrage d’un navire nommé le Lord Ard. Cependant, la foule ne désemplit pas. On enchaîne les arrêts magnifiques le long de la côte : des caves, des plages, des récifs, des blowholes… mais rien ne trouve grâce à nos yeux à cause du mauvais temps et du monde. On décide alors de tout refaire le lendemain en espérant avoir du beau temps.

La recherche d’un endroit pour la nuit nous réserve une dernière surprise. On pense repérer un camping gratuit près de la ville de Princetown, on s’y dirige et se rend compte qu’il est fermé pour l’hiver (comme beaucoup dans la région). Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, des dizaines de kangourous en profitent pour s’approprier le coin. Par petits groupes de 15, ils sont dispersés dans le camping et prennent leur aise malgré la pluie. On s’y gare pendant plus d’une heure, pour les voir vivre. On aurait pu y dormir mais on préfère trouver un lieu avec une douche chaude…


Ça peut servir :

Camping : Holiday Park Port Campbell – 31$


Jour 9 : Port Campbell – Portland

Dernière journée sur la véritable Great Ocean Road, et pas des moindres, puisque ce sera la plus belle.

Le soleil est presque de la partie et comme prévu, on rebrousse chemin pour refaire les sites vues la veille sous la pluie. Super idée, puisque tôt le matin, nous y sommes presque seuls et nous en profitons sans vergogne.

On refait donc les 12 apôtres, Lord Ard Gorge et tous les belvédères associés, puis on reprend la route pour le site de « London Bridge ». Ce pont naturel était, il y a quelques années, composé de deux arches successives, mais l’érosion en décida autrement et en détruisit une. On apprend sur le site que grâce à ce phénomène, la mer gagne 2cm sur la terre chaque année.

La route se poursuit et nous amène à la célèbre baie des martyres, une magnifique plage bénéficiant d’une vue imprenable sur des dizaines de rochers décrochés de la falaise et donnant à l’endroit un petit air cataclysmique, puis à la « Bay of Islands », toute aussi magnifique !

Avant d’aller dormir sur un site gratuit de la ville de Portland, nous faisons une ultime halte à Warrnambool, qui, en plus d’avoir un nom imprononçable, à la particularité de disposer d’un des meilleurs observatoires terrestres de baleines. La demi-heure passée sur place se soldera par un échec et c’est un peu déçu qu’on repart sans avoir vu la grosse bébête.

C’est à Portant que s’achève la Great Ocean Road. La route côtière continue cependant sur encore plusieurs dizaines de kilomètres.


Ça peut servir :

Camping : Portland Free Campsite – Gratuit – Avec WC


En route pour Adélaïde

Jour 10 : Portland – Mount Gambier

La ville de Portland possède deux sites intéressants : un MacDo pour avoir du wifi, et le Fauna Park.

Ce dernier est une sorte de terrain vague, aussi propre que mon sac de linges sales après 6 mois de voyage, mais hébergeant des émeus et les très rares kangourous blancs. Vous l’aurez compris, c’est pas terrible terrible ici. Après quelques photos et l’attaque d’un émeu voulant émasculer Guillaume, on se dirige vers Cape WaterBridge pour voir deux colonies de phoques.

Tôt le matin, l’endroit est magnifique. Une petite marche bien vivifiante de 6km, le long de la falaise permet de surplomber deux immenses grottes servant d’abri aux deux colonies de phoques australiens et néo-zélandais (plus petits).

Depuis les perchoirs situés 50 mètres plus haut, on aperçoit une dizaine de phoques, extrêmement agiles, qui parviennent à survivre et même à s’amuser à travers les rochers frappés d’immenses et violentes vagues.

Sur le retour, après être passés tout à coté d’une colonie de kangoos qui était posée là, sur la partie basse de la falaise, trois jeunes phoques nous font le cadeau de se chamailler à quelques mètres de nous ! Excellent !

La journée semble s’enchaîner comme habituellement. On trouve un super spot pour pique-niquer nos sandwichs maison et avocats trop chers et on repart pour un nouveau site : la forêt pétrifiée.

La « forêt » est en fait toute petite et constituée de roches verticales et longilignes rappelant vaguement une forêt figée dans le temps. Le site nous laisse d’autant plus indifférent que derrière nous se passe une scène rare : 3 filles crient (ça ce n’est pas rare !) puisqu’elles pensent avoir aperçu des baleines au loin ! On se rapproche en vitesse et ce ne sont pas 3 baleines, mais 3 gigantesques orques qui passent à plusieurs centaines de mètres devant nous.

On parvient à les suivre pendant 300 mètres le long de la côte, jusqu’à la fin du chemin et on mitraille ces énormes bêtes qu’on avait manquées la veille.

image23

C’est donc tout heureux qu’on prend la route pour Adélaïde.


Ça peut servir :

Camping : Kromelite Road Rest Area – Gratuit à qq km de Mount Gambier – RIEN !


Jour 11 : Mount Gambier – MacLaren Vale

Nous quittons ce jour la côte Sud pour remonter vers Adélaïde.

N’étant pas pris par le temps, nous décidons de segmenter le long trajet en nous arrêtant dans la région viticole de MacLaren Vale. Le Lonely Planet nous indique plusieurs caves où il est possible de déguster le vin local, réputé mondialement.

Cependant, nos dégaines de randonneurs pouilleux et le manque de budget pour acheter des bouteilles, nous rend brusquement tout gênés. On se contente d’acheter une bouteille de la région, la moins chère, dans l’épicerie locale, de se poser dans un camping près de la plage pour voir le coucher de soleil, et de prendre le temps de se faire deux énormes burgers maison !

Au camping, on discute un moment avec le proprio, fan de la France et surtout du Tour de France, qui vient de commencer. Gwen est ravie…


Ça peut servir :

Camping : Moana Beach Campground – 35$ avec douche et wifi


Jour 12 : Moana – Adélaïde

Le mauvais temps semble nous suivre depuis plusieurs jours, gâchant un peu la fête. Ce 12ème jour de van en est l’exemple parfait puisqu’il pleuvra toute la journée, sans arrêt, et que le brouillard nous fera même le plaisir de sa venue.

Malheureusement, cette journée était attendue depuis longtemps par Gwen. Dans la banlieue d’Adélaïde, se trouve le Cleland Wild Park, un zoo à ciel ouvert où l’on peut observer tous les animaux d’Australie : les potoros, les dingos, les wombats, les diables de Tasmani, les wallabies, les kangourous et surtout les koalas, que l’on peut exceptionnellement prendre dans ses bras.

Le prix est presque dissuasif mais l’occasion ne se représentera peut-être pas. Aussi, malgré la pluie, on en profite à fond. Avantage du mauvais temps: on est tout seuls!

Nous partirons ensuite à la recherche du camping le plus proche d’Adélaïde.


Ça peut servir :

Camping : Adélaïde Caravan Pak – 45$

2 Commentaires

  • Reply
    Claire
    4 octobre 2016 at 12 h 00 min

    Vous avez vu plein de koalas !! Nous on a passé 4h à en chercher à Noosa à s’en faire des torticolis, avant de lire dans la gazette locale que les koalas du coin sont presque tous morts au mois de septembre, et ceux qui restent sont malades. C’était triste !

    • Reply
      G&G Shake The World
      5 octobre 2016 at 17 h 12 min

      Ben, pk ils sont tous morts en Septembre? Trop bisarre ! Ben on espère que vous en verrez d’autres alors!

    Laisser un commentaire