Carnets de voyage Nouvelle-Zélande Océanie

NOUVELLE ZELANDE – Le Reste du Sud

Les fjords, les lacs, le ski, les glaciers, l’océan: encore une semaine parfaite en Nouvelle-Zélande

Incursion neigeuse dans les fjords et retour au Centre

Jour 6 : Milford Sound – Te Anau

C’est tout excité qu’on se réveille aux aurores et qu’on aperçoit aucun nuage à l’horizon, une chance inespérée à ce moment de l’année. On a réservé la première croisière de la journée, et même si 4 bateaux partent en même temps, on est très peu à découvrir le fjord à ce moment de la journée puisque les bus et tours n’arrivent que quelques heures après.

Encore une fois, le spectacle est au rendez-vous. Des immenses falaises plongent à pic directement dans les eaux calmes du fjord, donnant parfois naissance à de splendides cascades. Malgré le froid matinal, la dizaine de touristes que nous sommes, se presse sur le pont supérieur afin de mitrailler et d’en prendre plein les yeux. La croisière dure 1h45 et file jusqu’à la limite entre le fjord et l’océan. A ce point précis, on s’approche de la côte et on entraperçoit 3 spécimens de pingouins les deuxièmes plus petits du monde !

Au retour, on prend le temps de mater les otaries prenant un bain de soleil et on essaie de graver dans nos têtes les images de ces superbes paysages.

image81

Il est déjà temps de refaire toute la route vers Te Anau en sens inverse. Cette fois-ci on s’arrête à mi-chemin comme prévu pour randonner sur la première partie de la « Routeburn Track ». En atteignant le premier arrêt, « Key Summit » après 2h de montée, on pense observer un des plus beaux paysages qu’on ait vu depuis le début. Cela faisait 45 minutes que l’on marchait, ou plutôt que l’on glissait, sur un chemin enneigé, lorsque nous atteignions une sorte de plaine d’un blanc immaculé permettant une vue à 360° sur la vallée et les monts enneigés. MA-GNI-FI-QUE !

Le retour est un peu plus chaotique puisqu’on fera quelques parties sur les fesses, car nos chaussures de rando n’accrochent plus vraiment la neige.

On retourne alors à Te Anau pour se réchauffer dans Gégé dans le camping le moins cher de la ville, après une journée frisant la perfection !

Croisière sur le Milford Sound: 178$ pour deux avec Discovery
Camping Kiwi Pak Te Anau: 38$

Jour 7 : Te Anau – Queenstown

On part sans se presser pour la ville la plus jeune et dynamique du pays : Queenstown. A la sortie de Te Anau, on aperçoit nos premiers autostoppeurs. On n’est pas d’humeur et on ne les prend pas. Cependant, après une bonne dizaine de kilomètres, on se dit que ce n’est pas bon pour notre karma, et on s’empresse de faire demi-tour en espérant qu’ils soient toujours sur le bord de la route.

Ils hallucinent un peu de nous voir faire demi-tour juste devant eux. On leur explique la situation et ils sont tout contents de trouver enfin une voiture pour Queenstown.

C’est donc avec Bart le Hollandais et Clara l’allemande qu’on fait route. Celle-ci contourne le lac Wakatipu, où l’eau serait la plus pure du monde, toute l’année à 14°. Comme on le répète toutes les 10 lignes, la route est encore une fois à couper le souffle et on s’arrête de mutiles fois pour des photos, devant ce lac immense au bleu profond.

On passe l’après-midi à errer dans Queenstown, qui se vante d’être la capitale mondiale des sensations fortes : rafting, saut en parachute, buggy, saut à l’élastique, ski, balançoire la plus grande du monde, speed-boat… on peut tout faire ici !

La ville est extrêmement agréable, et la balade dans les ruelles du centre ou autour du lac en plein soleil est un vrai bonheur.

On fait le tour des agences et alors qu’on en rêvait depuis notre départ, on réserve le pack tout compris pour aller faire une journée de ski le lendemain ! Skier en Aout, on en avait trop envie !

Pour fêter ce craquage budgétaire, on fait comme tous les touristes de passage : on part dévorer le soit-disant meilleur burger de l’hémisphère sud au Ferburger ! En effet, c’est une tuerie atomique, mais la digestion de tant de gras n’est pas simple.

Camping Top 10 Creeksyde: 50$
Fergburger: 19$ par personne avec les frites, qui étaient clairement en trop !

Jour 8 : Ski à Queenstown

Le bus vient nous chercher dès 7h du matin au camping, direction la station de Cardrona à 2h de route. On a revêtu pour l’occasion toutes nos couches et vidé notre sac pour s’habiller chaudement.

Le stress monte pour Gwen, pour qui c’est seulement la 2ème fois de sa vie. Le matos loué n’est pas sensationnel mais amplement suffisant pour une journée. En revanche, le temps nous fait aucun cadeau, la station est sous le brouillard et la température est glaciale toute la matinée.

On se contente de 2 pistes pour ultra-débutants avec un tapis roulant pour remonte-pente, et Guillaume force Gwen à prendre ses premières pistes bleues, puis rouges !! Gwen se débrouille super bien et on enchaîne les pistes de cette petite station.

Seul hic, et de taille : on se les gèle sérieusement. Nos gants en laine sont bien trop fins, nos équipements pas du tout adaptés et on manque de perdre des phalanges à chaque descente !

Heureusement, après la pause casse-croûte au chaud dans la salle commune qui semble abriter à ce moment la moitié du pays, le soleil daigne ramener sa fraise et le plaisir de skier revient vite !!!

Guillaume épuise le pass journée jusqu’à l’ultime minute pour explorer la station, et on retourne en bus sur Queenstown super heureux et avec la bonne fatigue d’une journée de ski.

Encore une occasion pour fêter ça avec une bonne bière locale, puis… une soupe dans notre van !

Même camping que la veille
Pass tout compris (équipements, ski, forfait, bus): 157$ par personne pour la station de Cardrona

Jour 9 : Queenstown – Wanaka

A seulement 3h de route se trouve Wanaka, une sorte de mini-Queenstown, beaucoup plus tranquille mais idéal pour faire toutes les activités à sensation et surtout point de départ de plein de magnifiques randonnées.

On se la joue cool pour la première journée et on enchaîne une balade d’1h30 le long du magnifique lac jusqu’au « waterfall creek » qu’on ne trouvera même pas, puis un raidillon de 2h aller-retour pour atteindre le Mont Iron, point de vue sur la ville et toute la région.

Un site est particulièrement reputé pour les photographes amateurs : le lonely tree, un arbre mort, dont les racines et le tronc sont sous l’eau et permettent de magnifiques clichés avec les montagnes en arrière-plan.

On va enfin se renseigner pour une rando plus sérieuse le lendemain. Malheureusement, en plein cœur de l’hiver, on nous déconseille formellement (et on le découvrira plus tard, souvent à tort) les randos les plus belles pour cause de neige et verglas.

Camping Lake Outlet Holiday Park: 37$ +2$ la douche

Jour 10 : Wanaka – Glacier

On jette notre dévolu sur une prometteuse randonnée : la Rob Roy’s Glacier. Guillaume l’avait déjà fait il y a 4 ans. Après 3h30 de marche, on atteint un promontoire donnant sur le magnifique glacier.

Le départ du sentier se mérite, car la route asphaltée fait vite place à presque 2h de route en terre. Avec Gégé, on doit traverser une dizaine de gués, tous recouverts d’une fine couche de glace ce matin. On serre très fort les fesses, pour ne pas rester embourbé ou coincé dans l’un d’eux car on est vraiment loin de toute assistance, et on a croisé personne depuis un sacré moment.

Après une bonne heure de stress, Gégé nous surprend et passe victorieusement toutes les rivières. On lira plus tard sur un blog de copains que certains véhicules noient parfois leur moteur à cette saison dans ce genre de gués…

Dès le début de la marche, on le sent mal. Le deuxième et meilleur belvèdère est fermé pour cause de risque d’avalanche. On se contentera du premier… qu’on n’atteindra finalement jamais. En effet, après 2h de marche, la terre fait place à de grosses plaques de verglas que nos chaussures sont incapables de traverser. On se retrouve à faire de longs passages à 4 pattes ou sur les fesses.

Lors d’un passage plus étroit à flanc de « falaises », Guillaume glisse et manque de tomber de plusieurs mètres de haut dans le court d’eau en contrebas. Gwen ayant surement eu la plus grosse peur de notre voyage en voyant cette presque chute (elle le voyait déjà au fond du ravin!!), on décide quelques minutes plus tard de faire demi-tour, ça ne vaut pas le coup de se péter un truc voire pire pour des glaciers qu’on verra aussi le lendemain.

C’est après un picnic salvateur, tout déçu et tout penaud qu’on reprend la route en sens inverse et qu’on roule toute la journée et une partie de la soirée pour atteindre notre prochaine destination : Le glacier Fox.

La route est encore une fois splendide, on longe de superbes monts, des lacs d’altitude, puis on rejoint la côte et ses plages infinis. Faire un classement des plus belles portions de routes néozélandaises serait une torture tant on a adoré rouler longtemps les yeux collés aux carreaux.

Camping Fox Glacer Lodge Campervan: 40$
Lessive: 5$

Les glaciers et le nord du sud

Jour 11 : Fox Glacier – Hokitika

La longue route de la veille avait pour but de nous laisser toute la journée pour rendre visite aux deux glaciers observables depuis le niveau de la mer : Le Fox et le Franz Josef.

Guillaume les avait également faits il y a 4 ans, et les changements sont frappants. Les glaciers ont reculé ! Sur les routes d’accès se succèdent des panneaux indiquant la taille du glacier il y a 150 ans, 50ans ou même 10 ans et le constat fait froid dans le dos.

Concrètement, il n’est plus possible de marcher sur les premiers mètres du glacier, même en crampon avec un guide, car celui-ci bouge trop, de façon imprévisible et dangereuse. Il y a 4ans, Guillaume et ses copains l’avaient fait…

Désormais, la seule possibilité est d’aller en hélicoptère sur la partie haute plus stable. Autant vous dire que cela revient à s’arracher un bras, et comme c’est indispensable pour conduire, on se contentera des petites marches d’approche au pied des deux glaciers.

Nous parvenons sans soucis à enchaîner les deux glaciers dans la journée. C’est triste à dire mais même s’il est assez incroyable d’en observer à cette altitude, le spectacle est plutôt décevant même si les vallées qui les accueillent (ou accueillaient) auraient toute leur place dans un film du Seigneur des anneaux.

Finalement ce qui nous aura le plus plu est une petite balade de 2h30 autour du lac Matheson près du Fox Glacier. Ce lac est le plus photographié du pays et pour cause, dans la matinée, lorsque l’eau est d’un calme impressionnant et qu’il traîne encore une petite brume, on peut alors observer le reflet parfait des Mont Cook et Tasman, les deux sommets de l’île. La vue est vraiment incroyable et le soleil aidant, on mitraille en enchaînant la dizaine de promontoires. TROP BIEN !

Essence à Franz Josef: plus de 2$ le litre, soit 20% de plus qu’ailleurs !!
Camping Stop Caravan Park à Hokitika: 30$

Jour 12 : Hokitika – Saint Arnaud

Longue journée de route qui s’annonce pour atteindre les Nelson’s Lakes et se rapprocher de Picton, lieu de départ du ferry partant pour l’île du Nord.

Cependant, comme tous les jours en NZ, la route est agrémentée de points d’intérêt très… intéressants.

On quitte donc Hokitika, ville connue pour son commerce de Jade, direction Punakaïki. Ici, s’élèvent à partir de la plage des formations rocheuses très caractéristiques connues sous le nom de « Pancakes Rocks ».

Une petite balade permet de naviguer à travers ces formations qui semblent être constituées d’une succession de crêpes. Malheureusement, il pleut et il y a beaucoup de monde sur le site, mais les quelques caves à ciel ouvert et la mer déchaînée permettent de bien profiter de ce lieu original.

Comme d’habitude, vers midi, on quitte la route principale pour se rapprocher de la mer. On repère sur la carte un lieu privilégié par les otaries du coin, près de Tauranga Bay. On a de la chance, on en aperçoit une bonne dizaine depuis la falaise.

Le reste de la journée présente moins d’intérêt et on atteint le camping gratuit de Saint Arnaud en fin de journée, sous la pluie et le brouillard.

Camping Kerr Bay Campground près du lac Rotoiti: Gratuit, avec éléctricité

Jour 13 : Saint Arnaud –  Picton

La découverte des Nelson’s Lakes : Guillaume attendait impatiemment cette journée. Il y a 4 ans, c’était une des images qui l’avait le plus marqué : la vue sur ces magnifiques lacs depuis le ponton ou depuis le petit sommet atteignable après une marche bien épuisante de 3h.

Malheureusment, impossible de reproduire ce souvenir : il pleut, et à cause du brouillard, on n’aperçoit même pas le bout du lac. On apprend que le temps n’est pas prêt de s’améliorer, c’est la mort dans l’âme qu’on prend la route pour Picton.

image3

On passera la journée à enchaîner les MacDo qu’on trouve pour avoir du wifi, rédiger des articles et passer le temps… Ce n’est pas tous les jours la fête !

Camping Parklands Marina Holiday Park à Picton 34$

1 Commentaire

  • Reply
    Agnès cauvin
    22 novembre 2016 at 9 h 18 min

    on se répète … MAIS c’est magnifique… les photos sont impressionnantes et les textes super détaillés… et en plus on a vu que Gwen s’est éclaté sur les skis….bravo la gwendie

  • Laisser un commentaire